LES ANNÉES 70

L ’essor de la Jeune Chambre Économique d’Antibes porté par des projets innovateurs

La Jeune Chambre Économique développe son rôle de force de proposition et d’action au coeur de la cité, tant sur des sujets d’avenir, de coopération que de révélateurs de capacités. Dès 1970, la JCE croit en l’avenir d’un concept, qui reste flou pour le moment – Sophia-Antipolis – et apporte son soutien à Pierre Laffitte, père fondateur de la première technopôle d’Europe.

Opération Sourire (1970)

Un sourire pour doper le tourisme d’Antibes Juan-les-Pins 

La JCE lance l’opération “sourire” pilotée par Antoine Bernard et Roger Roggero. Un stand mobile, placé aux points névralgiques de la cité, accueille et renseigne les touristes grâce à une hôtesse trilingue. Ce projet amènera la JCE à siéger au sein du conseil d’administration de la Maison du Tourisme jusqu’en 1984 !

Commission Sophia-Antipolis (1971)

Les balbutiements de la technopôle Sophia-Antipolis 

la JCE d’Antibes s’intéresse beaucoup à ce qu’elle pressent comme un grand projet d’avenir. La technopôle n’est alors qu’un songe, dont tout le monde parle – surtout ailleurs – mais que localement, personne ne connaît ! Francis Perugini organise au Palais des Congrès de Juan-les-Pins une rencontre avec Pierre Laffitte, ainsi que les communes et institutionnels impliqués dans le projet (dont la CCI, que Francis Perugini présidera quelques années plus tard !). Peu de temps après, le syndicat mixte qui gère encore aujourd’hui le site est créé et prend en mains l’aménagement du “plateau de Valbonne”… Dès les prémices, la JCE soutient le concept et associe son nom à la plus belle réussite économique des Alpes-Maritimes, qui deviendra la première technopôle d’Europe !

S’engager pour l’enfance inadaptée (1973)

Une action publique de sensibilisation mêlant le sport et la variété 

Avec l’équipe de basket d’Antibes et Joséphine Baker, une campagne d’information et de sensibilisation sur l’enfance inadaptée réunit des médecins et autres professionnels de santé afin de définir les moyens à mettre en oeuvre pour résoudre les aspects de ce délicat problème.

Le survol d’Antibes (1973)

Le tourisme aérien amélioré au dessus du territoire Antibois 

L’affluence grandissante de l’aéroport de Nice et le trafic aérien commencent à poser le problème du survol d’Antibes. La commission “Survol” est chargée de proposer des solutions concrètes tout en prenant en compte la qualité de vie et les nécessités du développement économique. près huit mois de travail en collaboration avec des spécialistes du transport aérien, des représentants de l’aéroport et des pilotes de ligne, la commission est prête. Elle organise en Juin 1973 un dîner-débat et présente ses recommandations devant plus de 100 personnes, dont le représentant du Ministre des transports, le Maire et les autorités départementales et aéronautiques. Grâce au travail réfléchi de nos membres, les propositions seront validées par les pilotes eux-mêmes et permettront de réduire de 80% les survols de la ville !

Le 20ème Congrès national s’installe à Juan-les-Pins (1973)

Réflexion autour du thème « survie d’un monde rural » 

Antibes Juan-les-Pins devient la capitale de 280 Chambres Économiques de France et de DOM-TOM, le temps d’un Congrès national au Palais des Congrès.

Un pont vers Nouméa (1974)

En partenariat Jeune Chambre Antibo-calédonien 

Jean Manchon (Président Régional PACA en 1978 et représentant JCI à l’UNESCO en 1980) signe un accord d’union avec Gilbert Farrugia, Président de la JCE de Nouméa. Les membres antibois et calédoniens seront désormais membres à part entière des deux JCE et vont travailler de concert sur deux thèmes : l’économie et le tourisme.

La chance industrielle d’Antibes (1974)

Réflexion autour de l’avenir industriel de la cité dans un contexte régional 

Une commission dirigée par Roger Roche confirme la position de la JCE sur la nécessité de renforcer le développement de ce qui n’est toujours que le “plateau de Valbonne”, mais va vraiment devenir Sophia-Antipolis. Ce soutien sera reconduit à nouveau en 1976, avec une commission faisant la promotion des retombées économiques locales de la technopôle en devenir. Et toujours en 1976, la JCE organise galement sous la direction de Christian François une table ronde faisant un tour d’horizon sur l’essor de la zone industrielle d’Antibes.

La foire aux métiers (1976)

Une semaine pour connaître les métiers d’avenir 

Les séances d’information mettent en relation une centaine d’entreprises avec plus e 1000 élèves dans le but d’aider ces derniers à mieux choisir les filières d’études en fonction de leur choix de carrière et les débouchés disponibles. Une action fortement appréciée, qui sera reconduite l’année suivante !

Festival d’art pour enfants (1978)

Créativité artistique pour les 7-14 ans 

La JCE concocte pour les enfants un festival sur mesure, mettant en avant leur créativité artistique. Une journée d’éveil qui aura sans doute été le point de départ de bien des vocations parmi les petits antibois !

Forum des associations (1979)

Création d’un rendez-vous annuel sur un sujet bien connu de la JCE : le milieu associatif. 

La JCE prépare le tout premier forum des associations ; elle développera l’année suivante un événement devenant un rendez-vous annuel et rassemblant sur deux jours plus de 30 ssociations et 2000 visiteurs. Parallèlement, une table ronde fait le point sur l’évolution du phénomène associatif.

Le développement de la JCE d’Antibes est à l’image de sa ville : mobilisé et engagé dans une vie civique active.

Le mélange des différences est au service de la cité et permet à la JCE de se positionner clairement comme un acteur associatif de premier plan…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.