LES ANNÉES 60

La Jeune Chambre Économique d’Antibes imagine la Cité de demain…

L’année 1964 marque le lancement, avec l’appui d’Yvon Chotard, fondateur du mouvement en France, de la Jeune Chambre Économique d’Antibes. Elle fait partie des toutes premières créées dans le Sud de la France et, pour mener ses premiers projets et imaginer la Cité de demain, développe un exercice qu’elle renouvellera continuellement : agir !

Année Zéro de la JCE d’Antibes (1964)

Eclosion d’une nouvelle Jeune Chambre Azuréenne grâce à Paul Comte, soutenu par les JCE Nice Côte d’Azur et Cannes. En mars 1964, Albert Vieux, Vice-président de la JCE Nice Côte d’Azur et M. Dageville, Président de celle de Cannes, accompagnent la naissance d’une nouvelle Jeune Chambre sur la Côte d’Azur. Paul Comte rassemble alors autour de lui un groupe de jeunes entrepreneurs antibois issus du commerce, de l’horticulture, de l’industrie et des professions libérales pour fonder, cette année-là, une équipe solide ! Elle pilotera les premières années de cette nouvelle Jeune Chambre en amenant une réflexion de fond sur l’avenir et le développement e la cité, toujours au bénéfice de l’intérêt général.

Commission Jeunesse (1966)

Valoriser les ressources à disposition pour éveiller la jeunesse à l’art, à la culture et au sport Grâce aux ressources antiboises à disposition, une commission souhaite stimuler l’art, le sport et la culture. Elle a aussi pour but de faciliter et encourager la création – à l’image de la JCE deux ans plus tôt – de clubs ou de groupements de jeunes, tout en favorisant l’esprit de “coopération jeunesse” avec les dirigeants des organismes déjà existants.

Aménagement du littoral (1966)

Création d’une nouvelle plage de sable au pied du célèbre Fort Carré La nouvelle Jeune Chambre examine un projet qui fera parler de lui : l’objectif de la commission est d’aménager une grande zone balnéaire au pied du Fort Carré. A la demande de la commission, le CNRS démontre que le projet d’une nouvelle plage de sable fin de 10 km est réalisable, tant au plan économique que technique.

Horizon 85 (1968-1969)

La JCE d’Antibes, actrice de sa cité, au présent comme au futur ! Forte de premiers travaux engagés, la JCE anticipe aussi les besoins. Prévoyant une population de 70.000 habitants pour Antibes à l’horizon 1985 et l’essor de la plateforme aéroportuaire niçoise – impactant tout le secteur touristique azuréen -, la JCE décide de mettre en place une commission faisant le bilan des forces et faiblesses de la cité. Au travers de celle-ci et de six autres commissions, la JCE réfléchit sur l’équipement, mais aussi à l’attractivité commerciale au centre de la cité, la modernisation industrielle, l’enseignement, la création d’un palais des congrès et d’une piscine, ou encore d’une caserne de pompiers avec accès sur une voie rapide… Les idées sont novatrices mais aussi réalistes ! La JCE est même prête à s’engager dans un Comité d’expansion pour mener les rojets à bien, “préface à une communauté urbaine”… Elle naîtra enfin sous le nom de Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis le 1er janvier 2002, regroupant 14 municipalités azuréennes dont Antibes, qui représentent plus de 160 000 habitants.

Nouvel Antibes (1968)

Eménagement du complexe Vieux-Port – Anse Saint-Roch pour développer l’essor économique

L’idée de proposer un nouveau coeur pour le centre-ville voit le jour : une commission, travaillant sous la direction de Claude Ammirati, étudie l’aménagement du complexe portuaire vieux Port – anse St Roch et les quartiers adjacents. L’idée principale est de lier les quartiers résidentiels et hôteliers aux axes de circulation en réalisant de nouvelles percées. Ce n’est pas tout : la JCE d’Antibes propose aussi de développer de nouveaux pôles secondaires autour de ce périmètre stratégique pour l’essor économique d’Antibes. Un parking souterrain, une zone verte avec aires de jeux au pré des pêcheurs, un bassin de carénage sur le port, la restauration du port Carré ou un centre civique sont également proposés, de même que la suppression des dépôts d’hydrocarbures à l’entrée de la ville (une bonne idée qui sera enfin suivie des décennies plus tard… !)

En adoptant une réflexion prospective, la Jeune Chambre Économique d’Antibes fait preuve d’une grande force de proposition et génère des idées novatrices pour servir au mieux sa ville ! Une réputation qui ne cessera de grandir au fil des ans…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.